Généalogie Bringuier-Sanchez
Généalogie Bringuier-Sanchez

Généalogie

Vendémian

L'Hérault

Découvrir

Boîte à outils

Acte notarié du 16 janvier 1900

Acte précédent  Liste des actes   Acte suivant

Vente par Monsarrat consorts à M. Sanchez

Le seize janvier mil neuf cent à Montpellier

Par devant Maître Paul Galibert et son collègue notaires, au dit Montpellier, soussignés

Ont comparu

Monsieur Dieudonné Auguste Monsarrat, ancien chemisier, veuf de la dame Françoise Nougarède, domiciliée à Montpellier, rue Henri René n° 21.

Madame Arthémise Monsarrat, sans profession, veuve de Monsieur Stanislas Charpentier, domiciliée aussi à Montpellier.

Melle Marie Monsarrat et Melle Joséphine Monsarrat, toutes deux sans profession, domiciliées aussi à Montpellier, ces trois dernières filles du précédent.

Lesquels, agissant conjointement et solidairement, ont vendu sous toutes les garanties de fait et de droit

A M. Pascal Sanchez, propriétaire, époux de dame Philomène Record, domicilié à Vendémian, canton de Gignac, ici présent, stipulant et acceptant

Une pièce de terre, sise commune de Vendémian, lieu dit Saint Jean, section E n° 230, contenant trente cinq ares cinquante centiares et confrontant au nord Louis Cellier, au sud et à l’est un chemin et à l’ouest, Gabriel Bouys.

L’immeuble ci-dessus, qui dépend de la communauté légale ayant existé entre le sieur Monsarrat, comparant, et sa défunte épouse, mariés sans contrat à Montpellier le dix-sept avril mil huit cent quarante-sept, avait été acquis de M. Léon Faucilhon et de dame Rose Moulin, mariés suivant contrat reçu par Maître Couzin, notaire à Cette, le huit avril mil huit cent soixante-un moyennant un prix dont ledit contrat porte quittance. Une expédition de cet acte a été transcrite au bureau des hypothèques de Lodève, le quinze avril mil huit cent soixante un, volume 177 n° 66.

Mademoiselle Monsarrat née Nougarède est décédée à Montpellier le vingt-deux avril mil huit cent quatre vingt treize, laissant pour les héritières naturelles, ses trois filles comparantes et en l’état d’un acte reçu par Maître Poutaurgon, notaire à Montpellier, en date du vingt avril mil huit quatre vingt treize, aux termes duquel elle a fait donation à son dit mari d’un quart en pleine propriété et d’un quart en usufruit de tous ses biens, le tout aussi déclaré par les comparants.

L’immeuble ci-dessus est vendu par forme de corps sans garantie de mesure avec la contenance plus ou moins grande, le plus ou le moins de contenance étant au profit ou à la perte de l’acquéreur et en l’état où il se trouve actuellement avec toutes ses appartenances et ses dépendances et ses servitudes actives et passives, quitte de toutes contributions du passé jusqu’à aujourd’hui et pour toujours de toutes dettes, hypothèques ou inscriptions quelconques, tant du chef des vendeurs que du chef de tous les précédents propriétaires.

La présente vente est faite au prix de trois cents francs que les vendeurs reconnaissent avoir actuellement reçu de l’acquéreur en billets de la Banque de France, comptés et délivrés à la vue des notaires soussignés. Dont quittance définitive.

Et moyennant ce, les vendeurs se sont démis et dépouillés de la propriété de l’immeuble vendu, en ont saisi et investi l’acquéreur, consentant qu’il en prenne possession et jouissance à compter d’aujourd’hui et qu’il en dispose à son gré, promettant de lui être de toute garantie en cas de trouble ou d’évictions pour quelque cause que ce soit.

Les vendeurs font les déclarations suivantes

M. Monsarrat et Madame Charpentier sont l’un et l’autre veuf en premières noces.

Les vendeurs ne sont pas, et n’ont jamais été, tuteurs de mineurs ni d’interdits ni comptables de deniers publics.

Telles sont les conventions des parties auxquelles Maître Galibert a donné lecture des articles 12 et 13 de la loi du vingt-trois août mil huit cent soixante onze.

Dont acte.

Fait et passé dans des minutes de Maître Galibert, en son étude, pour toutes les parties, à l’exception de Madame veuve Charpentier et en son domicile sus-indiqué pour cette dernière.

Lecture faite aux parties, elles ont signé avec les notaires.

Monsarrat Marie – Monsarrat Joséphine – Monsarrat – Sanchez Pascal – Arthémise Charpentier – Roussel, notaire et Paul Galibert, notaire, signés.

Enregistré à Montpellier le dix-sept janvier 1900 folio 51 case 10.

Reçu vingt six francs soixante trois centimes. Reçu compris.

Inscrit au bureau des hypothèques de Montpellier le 24 janvier mil neuf cent volume 1551 n° 30 Reçu cinq francs 05 centimes.

Acte notarié du 16 janvier 1900
Acte notarié du 16 janvier 1900
Acte notarié du 16 janvier 1900
Acte notarié du 16 janvier 1900